Tennis de table – Régionale 2 : plan de marche respecté pour les pongistes yvetotais

Capture d’écran 2019-02-01 à 18.00.00

Pour une 1re journée dans cette 2e phase, les pongistes yvetotais ont vécu une rencontre serrée qu’ils ont finalement remportée 8 à 6. L’équipe de Philippe Beyer s’est imposée face à l’Entente Sainte-Pierraise (6) dimanche. Sur les deux premiers matchs, les Cauchois ont fait chou blanc. Sylvain Dente, de retour de blessure, s’est incliné en quatre sets tout comme Robin Fémel malgré un retour dans le 3e set. Et c’est le benjamin de l’équipe, Jordan Pinel, qui a ouvert le compteur. Un match solide en 4 sets. Puis ce fut au tour de Dente d’inscrire un point en expédiant sa partie en 3 sets et avec des écarts confortables. Robin Fémel et Loïc Lavice ont suivi et les deux équipes se retrouvaient à égalité avant les doubles (4-4). « Les doubles ont été importants », note Philippe Beyer. En effet, les deux rencontres ayant été remportées, la physionomie de la rencontre a alors changé. Deux victoires de Dente et Pinel plus tard, et l’affaire était réglée. Le coach regrette cependant que le dernier match de Robin Fémél ne se soit pas soldé par une victoire : « Il est mené 2 sets à 0, revient et perd au 5e set ». Dès lors, Philippe Beyer estime que l’aspect psychologique a un rôle important : « C’est dans sa tête que ça se joue, il faut rebooster Robin ». Déjà en haut de tableau grâce à cette victoire, le CPY recevra Bois-Guillaume (2) le 3 février prochain.

La Prénationale tend les bras aux pongistes d’Yvetot

Philippe Beyer se réjouit de voir les jeunes réussir en équipe première

Publié 29/11/2017 21:37

Capture d_écran 2017-12-04 à 10.52.00

Le CPY ne se voyait pas forcément remonter aussi tôt en Prénationale. Cependant, alors qu’il reste une journée à disputer, les Yvetotais se retrouvent dans une situation plus que favorable. « On jouait le maintien », précise l’entraîneur Philippe Beyer, un brin surpris. Et maintenant qu’ils en sont là, les pongistes ne vont pas faire marche arrière. « Là », c’est la première place de Régionale 1, avec deux points d’avance sur les 2e et 3e. En clair, un nul ou une courte défaite à La Remuée dans dix jours suffirait à assurer la montée.

Les jeunes assurent

Le week-end dernier, l’essentiel a été assuré avec la victoire sur l’entente Saint-Pierraise, l’actuel 2e. Même si La Remuée ne sera « pas un match facile », Philippe Beyer admet avoir « un pied en Prénationale ».

Pour la suite, par contre, ce sera une autre histoire. L’équipe pourra paraître un peu tendre au niveau supérieur, même si elle ne manque pas de talent. Le jeune Robin Fémel, tout juste passé senior, est quasiment devenu le leader de l’équipe. « Il s’affirme et a largement le niveau pour jouer en Prénationale », dit de lui Philippe Beyer. Encore plus jeune, Jordan Pinel va pouvoir s’aguerrir au niveau supérieur. « Le but, cette année, était de faire progresser les jeunes. Ils ont explosé. La Prénationale serait une récompense pour eux. »

Le capitaine Loïc Lavice et Sylvain Dente complètent l’équipe qui va très probablement évoluer en Prénationale en janvier.

Presse : Les 50 ans du club Pongiste Yvetotais

Le Club Pongiste Yvetotais fête, cette année, son cinquantième  anniversaire et à cette occasion plusieurs manifestations sont prévues le samedi 2 septembre après-midi  au gymnase Vanier et à la salle Jacques Secrétin  avec quelques démonstrations, une exhibition et une exposition rétrospective retraçant les événements marquants de ces cinquante dernières années et même plus avec  les années précédentes où le club portait le nom d’Amicale Laïque.

Une soirée est également prévue le soir à la salle du Vieux Moulin avec la participation du Café Chantant d’Yvetot ainsi que le groupe antillais MadiGuada. Cette soirée est réservée aux anciens pongistes de l’Amicale et du Club Pongiste Yvetotais ainsi que leur famille et leurs amis qui pourront échanger leurs souvenirs au cours de cette soirée conviviale.

Une participation  (repas et  boissons comprises)  de 25 € est demandée pour les adultes, de 15 € pour les jeunes de plus de 10 ans et la gratuité pour les moins de 10 ans.

Les personnes intéressées peuvent se renseigner  et s‘inscrire dès maintenant auprès d’André Hébert au 06 80 92 68 45 ou Emmanuel Ethoré au 06 46 89 49 57.

article50ans

 

 

 

 

 

 

presse Nationale 3 : Yvetot s’attend à souffrir

Pour les pongistes yvetotais, la saison aurait pu commencer plus mal. Certes, le CP Yvetot s’est incliné à Mondeville (8-2) à l’occasion de leur premier match de N3 il y a dix jours, mais au vu du niveau de l’adversaire, il n’y a pas à rougir. Les Yvetotais ont notamment croisé la route des n°467, 553 et 848 français.

Dès le premier match, Antoine Leseur était proche d’un exploit en menant d’abord 2 sets à 1 avant de s’écrouler et de perdre en 5 sets. Didier Hanonge a ensuite perdu 3 sets à 1, mais les manches étaient plutôt disputées. Thomas Decroix a dans un premier temps perdu 3 sets à 0 puis a battu son deuxième adversaire 3 sets à 1. Un peu plus tôt, le premier point yvetotais avait été décroché par Antoine Leseur, victorieux en 5 sets. Le quatrième homme cauchois, Stan Madelin a fait forte impression. Plutôt habitué à jouer en division régionale, il a dû remplacer le déserteur Mikaël Hamel au pied levé. Madelin a donc remporté le premier set de son premier match et a même eu une balle de 2-0. Cependant, son adversaire a repris le dessus pour s’imposer 3 sets à 1. Son deuxième match était du même acabit : il a perdu le premier set mais a remporté le deuxième 12-10, a obtenu une balle d’égalisation à 2 sets partout pour finalement s’incliner 3 sets à 1.

Malgré la défaite, les Yvetotais sont satisfaits : « On ne peut pas dire qu’il y ait eu correction. Les gars étaient contents », témoigne Philippe Beyer.

« On ne va pas se maintenir »

La deuxième rencontre des pongistes aura lieu samedi, à domicile cette fois. Mais l’adversaire sera d’un calibre encore supérieur. Il s’agit de l’équipe des Pavillons-sous-Bois, qui a terminé à la deuxième place de N3 la saison dernière et est favorite pour cet exercice. Les Franciliens comptent notamment dans leurs rangs le n° 178 français. La tâche sera difficile, à l’image de cette première partie de saison à l’issue de laquelle le coach ne voit pas d’autre issue que la descente : « Nous sommes totalement conscients qu’on ne va pas se maintenir. Cette première phase va nous servir à préparer le retour en prénational », conclut le coach.

Capture d’écran 2016-05-09 à 18.01.10

presse interclubs nationaux : Didier Hanonge, le gentleman

Il est très loin le temps où Didier Hanonge remportait le titre de champion de France minimes. Beaucoup d’eau à couler sous le pont depuis. Des centaines de matches ont été joués au plus haut niveau en N1, N2, N3 par le joueur originaire d’Evreux, aujourd’hui au CP Yvetot.

Ingénieur chez Technip Flexi-France au Trait, sa carrière professionnelle l’a éloigné de la compétition pendant 15 ans. Et puis en 2011, à 45 ans, il a été repris par le virus. « De retour d’Australie où j’étais en poste, mon fils Thibault voulait jouer au tennis de table. Je l’ai amené au club d’Yvetot qui a aussitôt sauté sur l’occasion pour me demander si je voulais rejouer. J’ai accepté, raconte-t-il. Dans quelque temps, mon désir est de me retrouver dans la même équipe que mon fils. »

Depuis quatre ans qu’il est au sein du club cauchois, il a retrouvé les automatismes qui avaient fait de lui le joueur phare de l’Evreux EC, son club de cœur, le seul qu’il ait connu avant de s’installer dans le pays de Caux. « Ce qui a le plus changé pour moi, ce sont les sets en 11 points, c’est ce qui est le plus dur à gérer », avoue-t-il.

« Une trahison »

Demain, il sera de nouveau sur le pont en Nationale 3 avec le CP Yvetot qui s’est patiemment développé pour atteindre ce niveau. « L’arrivée de Mickaël Hamel avait créé une dynamique, une ambiance dans notre équipe et favorisé notre accession », raconte l’Yvetotais. Et puis, au dernier jour des mutations en juin, Mickaël Hamel (n° 537) partait dans un autre club, sans prévenir. « On a vécu ça comme une trahison et on n’a pas eu le temps de recruter un autre joueur pour le remplacer », raconte-t-il.

L’équipe formée d’Antoine Lesueur (19), Thomas Decroix (17), Didier Hanonge (17), le plus expérimenté, et Stanislas Madelin (16), qui reprend du service, se trouve ainsi terriblement affaiblie et ne se fait pas beaucoup d’illusion sur ses chances de maintien. « On ne va pas baisser les bras, nous allons essayer de rester sur la même dynamique que l’an dernier. On forme une équipe de battants. On se dit que cette phase en nationale va pouvoir permettre à certains d’entre nous de découvrir le haut niveau. »

Le Seinomarin se projette même un peu plus loin. « Nous devons continuer à chercher un remplaçant, car si nous descendons en Prénationale, il faudra essayer d’y rester. »

Didier Hanonge en Normandie, c’est un nom, une éthique, une sportivité, c’est un gentleman qui nourrit encore, pour le plaisir, un dessein : « Mon vœu, cette saison serait de participer aux championnats de France vétérans 2. Pour retrouver des joueurs de ma génération. »

Capture d’écran 2016-05-09 à 18.01.10

presse : trois Yvetotais aux championnats de France

Marie Reinhold a été la première à se qualifier, samedi après-midi, dans la catégorie – 1 300. Son tout dernier match aura été décisif. En ballottage avec d’autres joueuses pour la deuxième place qualificative, elle s’est alors imposée 3 sets à 1. Le verdict est tombé quelques instants plus tard, sa place s’est jouée au set average. Celle qui venait sur cette épreuve régionale « pour le plaisir » se retrouvera finalement à Vittel, où elle sera accompagnée par Robin Fémel, vainqueur dans la catégorie – 1 300 aux dépens de l’impressionnant Mahieddine Djeffal, du club de Mont-Saint-Aignan. Depuis son inscription à cette compétition, le classement de l’Yvetotais s’est amélioré, ce qui explique en partie son succès. Mais comme l’a précisé son coach, Philippe Beyer, il ne fallait pas que le jeune homme « cède à la facilité »« Il a bien maîtrisé, il a joué en patron », a-t-il même ajouté.

Angelo Ciliberto est l’invité surprise de l’épreuve. Pas forcément attendu, il a impressionné son monde et s’est glissé sur la troisième marche du podium final de la catégorie – 1 600. « Il revient en grande forme », a indiqué son entraîneur avec satisfaction.

presse : Quatre Yvetotais sont en lice ce week-end pour les finales régionales par classement

Capture d’écran 2016-05-09 à 18.01.10

 

À partir de cet après-midi et jusqu’à demain, les gymnases Vanier et Profit, de la plaine des Sports, seront investis par les tables de ping-pong. Le Cub pongiste yvetotais (CPY) est effectivement en charge, ce week-end, de l’organisation des finales régionales par classement. Fin mars, le club cauchois avait déjà organisé les finales départementales. Cette fois, la compétition est qualificative pour les championnats de France.

Plusieurs catégories sont concernées. Chez les dames, les joueuses classées – 600, – 800, – 1 000 et – 1 300 s’affronteront dès 14 h. Chez les messieurs, cela concerne les classés – 900 et – 1 100.

Des joueurs à suivre

Déjà sur le podium lors des finales départementales, l’Yvetotaise Marie Reinhold a ses chances en catégorie – 1 300. « Un podium peut être jouable, mais c’est costaud en face. Il y a au moins sept filles de son niveau », analyse Philippe Beyer, entraîneur du CPY. Ce sera en revanche plus compliqué pour Jason Léger, classé – 1 100, qui a terminé dans le ventre mou lors des finales départementales.

Le CPY aura d’autres chances de podium demain. La compétition ouvrira à 9 h et concernera les messieurs classés – 1 300 et – 1 600. Suite à un podium en catégorie jeunes, Robin Femel avait accroché la 3e place à l’occasion des finales départementales. « Il a clairement une carte à jouer, assure Philippe Beyer. Le niveau régional n’est pas beaucoup plus fort, il peut renouveler sa performance. »

Enfin, Angelo Ciliberto, classé – 1600, essayera lui aussi de tirer son épingle du jeu après une 10e place lors des finales départementales.